L'Hôpital Bégin

Les rumeurs de fermeture de l'hôpital Bégin de Saint-Mandé s'amplifient. La presse s'en est fait largement l'écho. Cette page recense les actions lancées par la sénatrice Catherine Procaccia. Elle sera mise à jour au fil des informations.

N'ayant pas obtenu de réponse sur les incertitudes qui pèsent sur l'avenir de Bégin, Catherine Procaccia a posé une question orale au ministre de la défense en juillet 2012. Il lui a été répondu qu'il fallait attendre les conclusions du livre blanc sur la défense en 2013.
Elle a donc décidé de mobiliser dans un premier temps les parlementaires du Val-de-Marne et le maire de Saint-Mandé avant d'aller plus loin.
Une audience avec la Fédération Nationale des Travailleurs de l'Etat CGT (FNTE) s'est tenue le 20 septembre et une délégation de l'association de Défense de l'armée sera reçue au Sénat.

Dernière mise à jour : 1 oct. 12

Contre toute attente, l'hôpital d'instruction des armées de Bégin de Saint-Mandé ne mobilisera pas l'ensemble des parlementaires d'une même voix.
Sollicités pour une mobilisation commune, les socialistes et verts du Val-de-Marne ne souhaitent pas s'associer à «l'opposition et la gauche non gouvernementale ».

Si le Président Favier et Laurence Cohen, sénateurs communistes ont immédiatement répondu favorablement à l'appel lancé par Catherine Procaccia, Sénatrice UMP et Patrick Beaudouin, Maire de Saint-Mandé, ancien député de la 6ème circonscription sur laquelle est situé l'HIA Bégin, les sénateurs et députés socialistes refusent eux de s'associer à la démarche.

« Encore a-t-il fallu les relancer pour obtenir une réponse, aucun parlementaire socialiste ou EELV n'a eu la correction de me répondre » s'étonne Catherine Procaccia qui en a obtenu une par mail de Luc Carvounas, Sénateur-Maire d'Alfortville, et Secrétaire départemental du Parti socialiste.

La réponse apportée par son collaborateur pour justifier ce refus surprend : «Dans un souci de bonne lisibilité politique vis-à-vis des grands électeurs du 94, il ne souhaite pas intervenir de façon commune avec l'opposition et la gauche non-gouvernementale sur ce sujet».

Lorsque Michel Herbillon, député-maire UMP de Maisons-Alfort, était monté au créneau auprès de Xavier Bertrand pour sauver le service de chirurgie cardiaque de Mondor à Créteil, il n'avait exclu ni le député-maire de Créteil ni les autres parlementaires de gauche et la démarche avait porté ses fruits.

En outre, aux sénatoriales, socialistes, communistes et écolos ont présenté une seule liste et les quatre sénateurs ont été élus ensemble et sous peu, les 6 sénateurs du Val-de-Marne organisent ensemble les « Etats généraux des collectivités territoriales » .

Le sénateur d'Alfortville a préféré saisir de son côté le Ministre de la Défense. Catherine Procaccia espère que, c'est pour pouvoir annoncer dans quelques semaines qu'il a « sauvé Bégin ».

« Nous voulons garder cet hôpital qui accueille 80% de patients civils. Si le Ministre souhaite ne répondre qu'à un parlementaire de son parti, c'est son choix. L'important c'est l'avenir à moyen terme de l'hôpital, et de ses personnels.
Sur le plan politique, il semble que les socialistes entendent dorénavant ne plus vouloir mélanger « torchons et serviettes » .

Catherine Procaccia
Mais c'est le silence de la nouvelle députée Laurence Abeille qui scandalise la sénatrice conseillère générale de Vincennes-ouest puisqu'elle ne semble vouloir se mobiliser pour la seule structure hospitalière de sa circonscription.

« A-t-elle pris la mesure de ses nouvelles responsabilités? Ce samedi à Vincennes, lors de la journée des associations, de très nombreux présidents se sont étonnés qu'elle ne passe pas les saluer et faire connaissance avec une ville qu'elle ne connaît pas » .

Catherine Procaccia rend hommage au Président Favier et à Laurence Cohen qui, informés de la position de la majorité gouvernementale, ont confirmé leur souhait de s'impliquer dans cette initiative trans-partis pour défendre l'intérê t des citoyens et les services publics.

Alertée par le personnel de l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Bégin de Saint-Mandé des rumeurs de fermeture de l'établissement, Catherine Procaccia, Sénatrice du Val-de-Marne et Conseillère générale de Vincennes, a souhaité mobiliser l'ensemble des parlementaires du département.

La sénatrice UMP Catherine Procaccia qui avait, comme l'écrit le quotidien du médecin "ouvert la boîte de Pandore" en interpellant le Ministre de la défense sur les bruits de fermeture de l'hôpital d'instruction des armées de Bégin à Saint Mandé a écrit à l'ensemble des parlementaires du Val-de-Marne, toutes tendances politiques confondues, pour qu'ils s'associent à sa démarche.
Plusieurs civils et des anciens militaires l'ont aussi contactée pour lancer des pétitions.

« J'avais prévenu en juin le ministre que je lancerai un appel général. Je suis sûre que les parlementaires et les maires concernés se mobiliseront comme nous avions su le faire pour la chirurgie cardiaque à Mondor ».
Même si aucune nouvelle information ne lui est parvenue depuis juillet, la sénatrice sait qu'il vaut mieux que le Gouvernement connaisse dès à présent la détermination des élus.

Alertée par le personnel de l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Bégin de Saint-Mandé-Vincennes, Catherine Procaccia, Sénatrice du Val-de-Marne et Conseillère générale de Vincennes, a interrogé le Ministre de la Défense concernant l'éventuelle fermeture de l'établissement de Saint-Mandé.

Ce qui s'apparentait, il y a quelques semaines encore, à des « bruits de couloirs » au sein de l'établissement pourrait malheureusement se confirmer dans les prochains jours.
Inquiets par la situation actuelle, ce sont des membres du personnel de l'hôpital Bégin qui ont fait échos de leurs doutes en alertant la sénatrice.

Pour des raisons purement budgétaires, l'abandon de l'établissement serait prévu d'ici 18 mois.
Une inquiétude accentuée par la fermeture de l'hôpital des armées Calmette de Lorient à laquelle l'actuel Ministre de la Défense ne s'était pas opposé en 1998 alors maire de cette ville.
Un climat pesant pour le personnel qui faute d'informations précises sur l'avenir, engendrerait des départs qui pourraient venir fragiliser l'offre de soins et la situation des patients actuellement suivis.

En raison de l'urgence, Catherine Procaccia a immédiatement interrogé le Ministre de la Défense mais déplore de n'avoir obtenu aucune infirmation ou confirmation.

Si la fermeture de Bégin était confirmée, elle interviendrait après une rénovation massive de l'établissement qui, inaugurait un nouveau bâtiment ultramoderne il y a à peine quelques mois encore, offrant désormais une capacité d'accueil de 360 lits.

Une aberration après ces investissements massifs mais surtout eu égard à la spécificité de l'hôpital qui a su prouver son efficacité dans le cadre des missions militaires prioritaires et celui d'un service public de proximité.

Intégré dans l'ensemble hospitalier militaire parisien (EHMP) et dans l'organisation régionale des soins de l'Agence régionale de santé d'île-de-France (ARS-IDF), l'hôpital a su s'intégrer dans l'offre de soins du département et contrairement à d'autres hôpitaux militaires a dû recruter des personnels de santé non militaires.

Le sort de l'hôpital Bégin réside désormais entre les mains du nouveau gouvernement.

La sénatrice appelle une information rapide du personnel de Bégin quant à l'avenir de l'établissement.
En attendant d'obtenir des renseignements du Ministère de la Défense, elle s'entretiendra cette semaine avec un délégué territorial de l'ARS du Val-de-Marne à ce sujet.

Intervention auprès du Ministre de la Défense

13 septembre 2012

La lettre de mobilisation co-signée par l'ensemble des parlementaires de droite du Val-de-Marne et des sénateurs PCF Christian Favier et Laurence Cohen a été adressée au ministre de la Défense : Jean-Yves Le Drian.

Lire la lettre Télécharger la lettre

Question orale à Kader Arif

17 juillet 2012

Dès le 19 juin 2012, Catherine Procaccia déposait une question au nouveau gouvernement concernant la situation préocuppante de l'HIA Bégin. C'est au cours de la séance de questions orales au Sénat du 17 juillet, que le ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif lui répond. Hormis l'annonce du lancement d'un livre blanc, aucune information précise n'est fournie sur l'établissement Saint-Mandéen. La sénatrice informe qu'elle appellera les parlementaires du Val-de-Marne, toutes tendances politiques confondues, à se mobiliser.
Le texte de la réponse


Question orale sur l'hôpital Bégin par Catherine Procaccia